samedi 24 mars 2018

Dubai

Une escale particulière

J'arrive à Dubai après douze heures de bateau depuis l'Iran, je passe la douane sans problème, nouveau tampon sur le passeport qui me donne droit à trente jours de visa gratuit dans les émirats. Quelques minutes plus tard, c'est sans trop y croire que je donne mes premiers coups de pédales à dubai dans la puanteur des autoroutes. Contrairement à mon idée, trouver la tour dans laquelle loge mon ami Giorgio (accueil warmshowers.com) va s'avérer plutôt long et compliqué, pas de carte, pas de liaisons internet....j'arrive malgré tout à trouver Business bay et la "tour executive B" , je suis orienté par la sécurité vers la "control zone" ou l'on m'indique qu'il sera impossible d'aller plus loin avec mon vélo car disent-ils : "on ne sait pas ce qu'il y a dedans" , deux minutes plus tard mon hôte arrive et règle la situation en quelques phrases, celui qui paie décide.
Pour décrie l'ambiance générale telle que je la ressent, je dirais que tout cela ressemble à un étrange paradis artificiel de consommateurs aisés qui ce moque bien des conséquences de leurs mode de vie tant qu'ils peuvent continuer à boire des smoothies poires-orange accompagnés de petit gâteaux vegan dans un endroit sain entourés de gens sains. Artificiel. Giorgio me parle de "l'underground" de Dubai ou des dizaines de milliers de Pakistanais, d'Indiens, de Nepalis et de Bengalis ce partage la tache compliquée  de l'expansion physique de la ville qui n'en finit plus de grandir. A chaque nouvelle construction, tout est mis en place pour que le consommateur aisé ne soit jamais confronté à la réalité qu'il consent à créer, ainsi on élève de grand panneaux en cartons, des grillages, des tissus, derrière lesquels ces travailleurs misérables mourrant par quarante degres au soleil ne sont plus un problème, on leur retire jusqu'à leurs image, pour finir les grillages et cartons "protecteurs" serviront encore mieux les intérêts du commun en devenant des espaces publicitaires rentable vendant les mérites d'une société ultra moderne. Artificiel. Mon nouvel ami me parle aussi de la difficulté de vivre ici, l'impersonnalisation de la ville, l'individualisme, les relations sociales sont au point mort et il faut être inventif pour rencontrer des gens (cours de cuisine, de danse...).
Giorgio me traite directement en ami de longue date, son appartement reposant est pour le moins dépaysant et me permet un repos agréable après mes aventures Iranienne, il m'offre tout.  Durant les 3 jours j'organise la suite de mon voyage en Asie, range mon vélo dans un carton et achète le premier billet d'avion du voyage, direction le Nepal, dernier repas dans un bon restaurant avec mon ami puis départ pour l'aéroport, contrôle des baguages, je vois mon vélo et mes sacoches s'éloigner sur le tapis roulant, Une nuit plus tard je suis a Katmandou, l'aventure continue...







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dubai

Une escale particulière J'arrive à Dubai après douze heures de bateau depuis l'Iran, je passe la douane sans problème, nouveau...