lundi 12 septembre 2016

La Hongrie 2.0

Il me faut un peu plus d'une semaine et 450 kilomètres pour traverser ce pays, les choses se passent beaucoup mieux que la première fois (1), peut être est ce dut a l'été qui approche ou a la chaleur (le thermomètre dépasse souvent les 40 degrés) ou bien encore a la partie du pays que je traverse. Cette fois les accueils sont systématiques et le invitations a une bière bien fraîche sont (très) nombreuses. Ainsi beaucoup de belles rencontres très instructives et utiles pour tenter de comprendre ce qu'est la vie des Hongrois, leurs visions de leurs pays et des pays qui les entourent. L’idee qu’ils ce font par exemple de la politique autoritaire (pour ne pas dire plus) de leurs président de la droite dure (pour ne pas dire plus), et alors que certains rêve encore de la grande hongrie (2), la plupart des gens que je rencontre aspirent juste a plus de simplicité et de bonheur. Une aspiration difficile a concrétiser tant la situation est complexe et sans vraiment de perspectives et d’espoirs. Le pouvoir en place exploite ainsi ce désespoir et trouve sans vraiment chercher les boucs émissaires adéquats (tziganes, musulmans, migrants...) qui leurs sont ensuite bien utiles pour détourner l’attention, les chaines de télévisions publique ce chargeant de diffuser la propagande, utilisant a leurs guise “le temps de cerveau disponible” (3) pour démontrer par exemple a quel point les migrants qui fuient la guerre et la misère sont dangereux pour notre modèle de société, justifiant ainsi la traque qui leurs est imposée par les militaires, la police Hongroise et les milices néo-nazis. En définitive cela conduit a une diaspora de plus en plus importante (comble du comble les Hongrois deviennent Migrants) majoritairement en direction de l’Allemagne, des Pays Bas et de la Scandinavie. La Hongrie c’est aussi pour moi le retour a l’Europe de l’est que j’avais quitte il y a déjà quelques temps et c’est la jolie ville de Baja sur les bords du Danube qui marque la fin de ce voyage instructif en Hongrie.

1 http://cyclo-voyageur.blogspot.rs/2013/01/la-hongrie.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_Hongrie

https://fr.wikipedia.org/wiki/Temps_de_cerveau_humain_disponible


PS : La vie des cyclistes ne coûtent pas bien cher ici non plus et la survie devient un mode de vie.


PPS : Afin d'être plus complet et d'apporter une autre vision de ce voyage j'ajouterai dsormais a la fin de chaque article le récit d'une ou deux journées de voyage dans le pays concerneé, rendez vous en fin d'article.

La Carte




 Les photos




















Un jour en Hongrie

Départ tranquille avec un léger mal de tète, il fait pour la première fois depuis longtemps un temps catastrophique au réveil, l’orage a durer toute la nuit et cette tonnelle dans laquelle j’ai dormis m’a bien protéger. Il est déjà dix heure lorsque je pars sous une grisaille fraîche et bien agréable après toute cette chaleur. Le relief ce calme doucement et s’aplani vers le milieu de la journée. Quelques belles rencontres et quelques photos d’une campagne verdoyante, seul bémol peut être un automobiliste et sa grosse cylindres (idéal pour palier a un manque de virilité je suppose) fonçant a toute allure sur des routes cabossées me frôle et passe a 5 cm du guidon. Plusieurs village suintent une misère ancienne alors que d’autres bougent beaucoup ainsi c’est dans un énième bled sans nom que je fais les courses de la journée (1.50 E). Une quinzaine de bornes de plus et c’est un orage surpuissant accompagne de pluies qui me stop dans le village de Baltazseck qui selon ma carte est une ville de bonne taille , la plus grosse de la journée, dans les faits une poste, trois bistrots, une supérette et une gare qui menace ruine. Je décide de laisser passer l’orage en allant prendre un café et ... l’histoire recommence , ce soir c’est Victor qui me paye des bières, anglais parfait et discours instructif, ancien fervent de Victor Orban (non je ne dirais rien), il en est revenu même si les rêves de la grande Hongrie qu’il me montre sur des cartes sont bien la. Avec Victor beaucoup de sujets et beaucoup de bières, le temps passe vite, la nuit tombe et comme il me l’a déjà explique il vit chez son père et ne peut m’accueillir ce soir. C’est un de ses amis, chef de gare , qui me propose de dormir dans la salle d’attente des voyageurs, je ne connais que trop les ambiances étranges de ce genre d’endroit et je sais a quel point ils peuvent être compliques, je laisse faire et comme d’habitude finis par faire a mon idée, dormir dans un endroit sec, abrite et invisible. La pluie tombe avec fracas, l’orage éclate toutes les minutes, je ne les entends plus...la bière.

_Bikal dans une tonnelle/Pleins de bled sans noms/Baltazseck près de la gare dans un endroit sec. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Dubai

Une escale particulière J'arrive à Dubai après douze heures de bateau depuis l'Iran, je passe la douane sans problème, nouveau...